Filières à développer, formations à ouvrir, développement de la VAE, développement des activités en hors contrat, partenariats avec le milieu socio-économique, accompagnement des jeunes vers l’insertion professionnelle, passerelles entre formations…

Pour contribuer, il vous suffit d’ajouter un commentaire ci-dessous

3 Commentaires

  1. Schintu Cathy

    BONJOUR 🙂 comme nous l’avons fait pour l’APF, l’office de tourisme…. il conviendrait de développer davantage de partenariats écrits avec les professionnels, les faire intervenir au lycée et intégrer leurs besoins dans notre progression.
    Par exemple pour l’APF :
    – nous avons défini en amont les possibilités de coopération avec les responsables de l’association,
    – la directrice intervient en classe pour parler de l’association, ses missions, ses besoins en relation avec les étudiants,
    – nous réalisons un cahier des charges avec elle et les étudiants devront travailler sur des propositions de sorties,
    – un comité soumettra les productions à l’APF qui retiendra les meilleurs
    – les étudiants devront démarcher les associations et foyers d’handicapés pour vendre les sorties
    – ils les accompagneront sur le terrain

    Répondre
  2. Stéphane Thiébaut

    Bilan du dernier conseil d’établissement
    Certains de nos élèves de première ou de terminale n’ont pas encore une idée claire de leur orientation post-bac. Nous devons avoir pour priorité de les accompagner dans leur projet d’orientation en leur permettant de faire de courts stages en entreprise pendant les vacances scolaires ou en leur proposant de suivre quelques heures de cours dans les formations envisagées pour leur permettre de se faire une idée plus juste des exigences et contenus.
    Un tel travail devrait, à terme, contribuer à réduire le taux de décrochage en cours de formation.
    La mise en œuvre d’un accompagnement « sur mesure » implique préalablement que chaque lycéen ait pu réfléchir à son projet professionnel sur une ou deux années, en étant bien accompagné par un tuteur ou un parrain.

    L’accompagnement individuel passe évidemment par un renforcement des liens avec le milieu professionnel pour avoir une juste idée de l’évolution des métiers et des perspectives d’emploi dans les secteurs en lien avec notre carte des formations.
    Nous devons continuer d’inviter professionnels et anciens élèves à rencontrer nos lycéens et étudiants pour une meilleure connaissance des métiers et des perspectives d’évolution.
    Travailler sur l’insertion professionnelle de nos étudiants c’est aussi leur offrir l’opportunité, à travers stages, actions professionnelles, missions caritatives, de développer des compétences nouvelles et les aider ensuite à attester ces savoir-faire par le biais de certifications professionnelles ou de livrets de compétences.
    L’accompagnement passe aussi par la professionnalisation des équipes : les enseignants doivent être encouragés à faire des périodes de formation en milieu professionnel pour être au cœur des problématiques-métiers.
    Reste à réfléchir enfin à l’évolution de la carte de nos formations pour « coller » aux besoins du marché. Formations qualifiantes ou diplômantes, en contrat ou en hors contrat, titres du Ministère de l’Education Nationale ou du Ministère du Travail, formation montée seul(s) ou en partenariat avec d’autres, tout est permis ! Vos suggestions sont toutes les bienvenues !!

    Répondre
  3. Stéphane Thiébaut

    CARTE DES FORMATIONS ET LIENS AVEC LE MILIEU SOCIO ECONOMIQUE

    Retour de la journée pédagogique :
    La question est posée de savoir ce que les familles sont en en droit d’attendre d’un établissement labellisé Lycée des Métiers. Le label Lycée des Métiers est mal identifié et rares sont les personnes qui connaissent la liste des conditions à remplir pour obtenir cette labellisation. Il est de notre devoir de communiquer plus ouvertement les critères de labellisation afin de faire savoir les engagements pris.
    Un établissement labellisé prend l’engagement d’accompagner le jeune tout au long de son parcours de formation, depuis l’aide à l’orientation jusqu’à son insertion professionnelle. Un établissement labellisé Lycée des métiers est en contact permanent avec le milieu socioéconomique pour appréhender l’évolution des métiers, faire évoluer sa carte de formation et ses approches pédagogiques, saisir l’opportunité de stages et de missions qui permettront aux lycéens et bacheliers d’acquérir des compétences nouvelles.
    Notre responsabilité est de développer chez les élèves une posture professionnelle : assiduité, ponctualité, tenue vestimentaire, respect des personnes et des règles, … A nous d’avoir cette même posture en respectant scrupuleusement les exigences communes décidées ensemble.
    Notre établissement doit s’efforcer dans les années futures d’être centre de ressources pour le milieu socio-économique en ouvrant ses formations à un public plus large, en enrichissant son offre, seul ou en partenariat avec d’autres, en accueillant en stage des étudiants de master ou des salariés en reconversion.
    Il doit aussi préparer ses étudiants à tout un ensemble de certifications afin d’assurer leur employabilité, les rendre acteurs de leur parcours de professionnalisation, en se limitant à les accompagner.
    La professionnalisation des élèves doit passer par la professionnalisation des équipes. Il pourrait être enrichissant pour nous tous de faire nous-mêmes des périodes de formation en milieu professionnel pour appréhender les problématiques-métiers, cerner les besoins et attentes des entreprises.
    Les partenariats doivent être impérativement formalisés.
    Le lycée des métiers ne limite pas sa vision des choses au seul milieu économique ; il travaille à développer des relations pérennes avec le milieu associatif pour développer les compétences-métiers de ses jeunes, éveiller les consciences, et développer l’engagement bénévole.
    Nous devons travailler à un meilleur suivi de nos anciens élèves car nous avons beaucoup d’enseignements à tirer de leur parcours, de leur expérience, …

    Des questions toujours en suspens ou partiellement traitées…
    1. Comment améliorer l’orientation dès la classe de seconde ?
    2. Comment optimiser l’utilisation des heures d’accompagnement personnalisé sur ce volet orientation et professionnalisation ?
    3. Que fait-on actuellement pour connaitre l’évolution des besoins et des métiers ? Comment améliorer notre connaissance du marché du travail ?
    4. Les compétences professionnelles de nos étudiants ne s’acquièrent-elles que lors des stages ou des missions professionnelles ? Comment valider les compétences développées par d’autres canaux tels les missions caritatives ?
    5. Quelles filières et formations développer ? Faut-il davantage s’ouvrir aux populations ayant des besoins particuliers ? est-on en capacité de le faire ?
    6. Comment réussir l’intégration des jeunes démarrant une formation tard dans l’année ?
    7. Quels indicateurs intégrer dans un TB rendant compte de ce volet-ci du projet d’établissement ?
    8. Que pourrait-on tirer d’un lien plus étroit avec les anciens ?

    Répondre

Laisser un commentaire