Madame, Monsieur,

 

Pour l’ensemble de l’enseignement privé, et plus particulièrement pour l’enseignement catholique, cette semaine est marquée par la disparition de Monsieur Xavier Leturcq, Directeur Diocésain de Marseille.
Monsieur Leturcq avait pris ses fonctions en janvier 2018. Peu de temps après, les premiers signes de la maladie apparaissaient. Et, bien que souffrant considérablement, il restait un homme souriant, aimable et à l’écoute. Son sens du dialogue, associé à une volonté de transparence et de rigueur, a profondément marqué tous les Directeurs de Marseille. En un peu plus de deux années, il a su profondément modifier les fonctionnements établis et rendre confiance en l’institution.

Né en 1968 dans le Nord de la France. professeur d’Allemand, il a été plusieurs fois chef d’établissement avant de devenir Directeur Diocésain de l’Orne. Il sera enterré lundi à Douai.

J’ai beaucoup travaillé avec lui sur de nombreux dossiers. Nous fréquentions les mêmes réunions. Monsieur Leturcq était un homme exceptionnel. Il était présent à notre Centenaire et avait toujours un regard bienveillant pour les établissements associés à l’Enseignement Catholique. Quand il le pouvait, il passait nous voir et rencontrer les équipes lors du salon de l’étudiant. Contrairement à ses prédécesseurs, il m’invitait aux réunions de rentrée et au Séminaire des Chefs d’établissement de l’enseignement catholique. Son sens de l’accueil n’avait d’égal que sa profonde empathie pour chaque personne quelque soit sa place ou son grade.

Mais s’il savait se montrer attentif à tous, il n’en était pas moins exigeant. Il voulait que nous soyons unis et solidaires. Sa dernière déception aura été de voir quelques directeurs critiquer facilement les institutions lors de la crise du COVID en avril dernier. Le sens premier de son action, si ce n’est sa foi religieuse profonde, c’était de voir grandir ensemble, et dans l’ouverture à tous, nos établissements réunis autour des valeurs communes que nous portons. Il constatait avec moi que le projet du Lycée Charles Péguy était bien proche des établissements officiellement labélisés “enseignement catholique”. Nous en avions souri un jour en évoquant les textes de Charles Péguy parfois plus chrétiens que ceux de Claudel …

En perdant Monsieur Leturcq, je perds un ami dont la loyauté était sans faille et la disponibilité incroyable. L’enseignement catholique perd un Directeur Diocésain hors norme. Chacun va devoir à présent conserver ses messages nombreux d’unité et de bienveillance. Chacun aura désormais un modèle à suivre, une route à prolonger.

Pour les enfants de Xavier, son épouse, et tous ceux qui lui étaient proches, il nous faut continuer à le faire vivre. C’est un devoir pour chacun de poursuivre sa démarche et de garder la lampe allumée par le feu de son action. J’espère de tout coeur qu’il en sera ainsi pour toutes les équipes de notre ville.

Avec l’assurance de mon dévouement

Stéphane Thiébaut
Chef d’établissement

 

Un passage à RCF de Monsieur Leturcq
Le message de Notre-Dame de France